Je fais souvent référence au ski car c’est mon sport préféré avec le vélo. Depuis toujours donc,  j’ai mis en œuvre – consciemment ou inconsciemment – un processus pour évoluer dans ces activités ; tant par la mise en forme que dans l’apprentissage technique. Et c’est comme cela que  j’ai eu l’occasion d’être instructeur de ski.

Pour revenir sur le billet précédent, notre souhait, lorsque l’on parle d’équilibre en ski (ou planche d’ailleurs), est de maintenir une position confortable et réactive face à un environnement sans cesse en mutation ; on comprendra ici que lorsqu’on se déplace en glissant, le terrain change au fur et à mesure. Pour se faire donc, on doit se placer de façon à pouvoir réagir à n’importe quel moment. L’équilibre que l’on recherche alors est la position dans laquelle tout notre corps se trouve dans une posture agréable -voir décontractée- nous permettant d’analyser les niveaux de difficulté et de pouvoir agir en conséquence et ce, de telle manière à retrouver cet équilibre.

Donc, par déduction, on comprendra très vite que la notion d’équilibre variera selon le terrain sur lequel nous évoluons.

Et notre capacité de réaction sera en fonction de l’analyse des données que nous avons du dit terrain. C’est d’ailleurs pour cela, entre autre, que plus nous pratiquons, plus nous vivons des expériences différentes, plus nous sommes adaptables.

De ce contast, ce qu’il faut retenir, c’est l’information.

Plus notre corps reçoit de l’information, plus il est en mesure de s’adapter.

Plus notre corps vit des expériences différentes, plus il accumule de l’information.

Mais que vient faire le yoga dans tout ça?…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *